Business is booming.

Haïti: Chloroquine, l’OMS appelle à la prudence (Covid-19)

585

Attention à la chloroquine, l’OMS appelle à la prudence.

Depuis quelques jours des nouvelles circulant sur les réseaux sociaux font croire que la chloroquine serait le remède miracle au Coronavirus. On a même vu cette vidéo dans laquelle, Didier Raoult, professeur, Spécialiste des maladies infectieuses et directeur de l’Institut Hospitalo Universitaire de Marseille, supportant les résultats des recherches d’une équipe de chercheurs chinois sur l’usage de la chloroquine comme traitement au Covid-19, malgré le nombre réduit de patients et le manque de détails sur la méthodologie et les résultats de ces essais.

Nombreux ont été ceux qui ont contacté notre équipe au Petit Covid pour nous demander de vérifier si les informations concernant un éventuel traitement à l’hydroxychloroquine pourrait en effet être considéré pour lutter contre le l’infection au Nouveau Coronavirus (covid-19) alors que les autorités sanitaires, dont l’OMS, appellent à la prudence..

Qu’est ce que la chloroquine?

La chloroquine est un antipaludique (ou antipaludéen) utilisé depuis plusieurs décennies contre le paludisme plus connu sous le nom de Malaria en Haïti. Il s’agit d’un parasite véhiculé par le moustique.

La chloroquine est connue sous plusieurs noms commerciaux, selon les pays et les laboratoires qui les fabriquent. On peut par exemple citer : Nivaquine et Resochin

Un dérivé de l’hydroxychloroquine, mieux toléré, est surtout connu en France sous le nom de Plaquénil. Il s’agit d’une variante utilisée pour les maladies articulaires d’origine inflammatoire, telles que par exemple la polyarthrite rhumatoïde.

Qu'est ce que la Chloroquine - AFP
Source: AFP

Lire Aussi

Les effet de la chloroquine

Les effets secondaires sont nombreux : nausées, vomissements, éruptions cutanées mais aussi atteintes ophtalmologiques, troubles cardiaques, neurologiques… Un surdosage peut être particulièrement dangereux et les médecins déconseillent formellement d’en consommer sans avis médical. 

Vous avez probablement vu cette vidéo publiée par le Docteur Jean Jacques Carré, dans laquelle il relate les circonstances malheureuses dans lesquelles un couple américain a pu trouver la mort après un surdosage de chloroquine.

Ces deux médicaments sont dits à marge thérapeutique étroite, ce qui signifie que la dose efficace et la dose toxique sont relativement proches“, avertit le 20 mars 2020 la Société française de pharmacie sur son site.

Lisez aussi cette publication sur Quoi faire en cas d’infection et comment savoir si on est infecté

Les résultats sur l’usage de la chloroquine comme base de traitement au nouveau Coronavirus ne sont pas concluants

En premier lieu nous avons contacté le Dr Marie Colette A. Jean-Pierre, Infectiologue Haïtienne, qui nous a fait savoir que “l’hydroxychloroquine, ne tient pas encore la route

Etant clinicienne, elle tient d’abord compte des prescrits scientifiques en la matière. Elle nous a aussi fait savoir que

les premières études sur l’administration du médicament n’ont pas été menées avec rigueur et le temps de latence de l’épidémie de 2003 n’a pas permis de définir tous les paramètres. Il y a d’autres paramètres à considérer. L’étude n’a pas permis de révéler les potentielles complications et les cas dans lesquels ce médicament serait contre indiqué. L’échantillonage est faible et les études ne sont pas randomisées. Dautres études complémentaires, plus rigoureuses, doivent permettre de corroborer les premières.

Selon Dr Colette, si le médicament n’est pas admis dans les protocoles thérapeutiques, il n’y a pas lieu d’entamer une discussion dessus.

Que sait-on de plus sur la chloroquine et de ses effets sur le Coronavirus?

En cherchant sur le web, nous avons pu retrouver les traces d’une publication parue mi-février, de chercheurs chinois qui ont affirmé avoir eu des résultats positifs avec des essais cliniques portant sur une centaine de malades du Covid-19 dans une dizaine d’hôpitaux.

chlorostudy
Capture d’Ecran Effectuée le 24 Mar 2020

Professeur Raoult a alors repris les conclusions des chercheurs chinois en affirmant que la chloroquine pouvait être un traitement sûr contre le Nouveau Coronavirus dans la presse et dans des vidéos très partagées sur internet, comme sur la chaîne Youtube de l’IHU, qui a enregistré plus de 44.000 abonnés le 24 mars.

Il s’est par la suite attiré de nombreuses critiques d’autres scientifiques qui appellent à prendre cette piste avec prudence, faute d’études cliniques faites selon les protocoles méthodologiques stricts et publiées dans une revue scientifique prestigieuse à comité de lecture indépendant.

Didier Raoult

Des essais dans plusieurs pays

Outre une série d’essais menés en Chine (chloroquine seule ou associée à d’autres molécules), les équipes du Pr Raoult testent la chloroquine sur des patients à l’IHU, des essais positifs selon l’équipe, qui a publié des résultats portant sur une vingtaine de patients.

Ils ont reçu du Plaquénil et certains, en fonction de leurs symptômes, l’antibiotique azythromicine (il existe plusieurs médicaments à base d’azythromicine, par exemple celui-ci).

“Malgré la petite taille de l’échantillon, notre étude montre que le traitement à l’hydroxychloroquine est associé, de façon significative à une diminution/disparition de la charge virale (…) et ses effets sont renforcés par l’azithromycine”, selon l’étude cosignée par le Pr Raoult.

Invoquant le serment d’Hippocrate des médecins, l’équipe du Dr Raoult a annoncé le 22 mars son intention d’administrer dorénavant à “tous les patients infectés” hydroxychloroquine + azithromycine aux malades. Le traitement est aussi notamment dispensé au CHU de Nice avec le consentement des familles, selon le maire Christian Estrosi, lui-même traité par chloroquine.

Au niveau européen, un essai clinique baptisé Discovery, a été lancé dans plusieurs pays pour tester des traitements expérimentaux, dont l’hydroxychloroquine, un essai qui “inclura au moins 800 patients français atteints de formes sévères du COVID-19” selon l’Inserm (communiqué du 22 mars).

Aux Etats-Unis, la FDA, qui supervise la commercialisation des médicaments, a annoncé “un essai clinique étendu” tout en rappelant que son rôle était de s’assurer que les produits étaient sûrs et efficaces.

Chloroquine ou Pas?

Comme Dr. Colette nous l’a indiqué, le traitement à la Chloroquine nécessite des essais plus rigoureux sur un échantillon plus vaste qui serait plus représentatif. Aussi, ces essais doivent impérativement prendre en compte les contre-indications et pouvoir révéler les éventuelles complications.

Comme nous pouvons le constater, certains essais sont déjà lancés en Europe et aux Etats Unis pour savoir quel traitement fonctionnerait le mieux et présenterait le moins de risques dans le cadre d’une application au Nouveau Coronavirus.

Aussi L’OMS qui “condamne l’usage de médicaments sans preuve de leur efficacité”, met en garde contre les “faux espoirs”, et pointe notamment le caractère réduit du nombre de patients et le fait que les premiers essais soit “non randomisée”, c’est-à-dire que les groupes de patients (ceux qui reçoivent le traitement et ceux qui ne le reçoivent pas) n’aient pas été définis par tirage au sort.

Donc à la question Chloroquine ou Pas? Nous répondons “NON”

Revenez vers nous avec la question après les essais.

Source Factuel AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.